Archives pour la catégorie Compte-rendu d’événement

Documenter #wikifablabsQcJam #slowinnovation

Pourquoi les fab labs et les bibliothèques vont-ils si bien ensemble ? En trois mots : Partage – savoir – documentation. 

Sur le thème « Bibliothèques et fab labs: Mode d’emploi des communs », les participants avait exploré, en septembre dernier, la situation et l’horizon des bibliothèques en regard des communs numériques à travers les questions : Quelles ambitions/attentes/aspirations communes portons-nous avec l’ouverture de ces fab labs en bibliothèques? Qu’est-ce que l’on peut faire en commun concrètement?

Après les échanges, une période de prototypage avait alors permis de faire émerger un projet de collaboration et de partage professionnel que l’on souhaitait mettre en place et expérimenter dès l’automne 2016 au sein du wiki de Fab Labs Québec. Avec Léa-Kim (BAnQ) et Guillaume (Fab Labs Québec), nous avons exploré le wiki et nous avons procédé, comme prévu, à certains aménagements pour soutenir les besoins actuels des bibliothèques en matière de partage, de savoir et de documentation professionnels.

La documentation est un défi presque contre nature que l’on pourrait associer d’emblée au slow movementet j’aurais même envie d’en parler, dans le contexte qui nous occupe, en termes de slow innovation pour maximiser la tension, tout en la réconciliant, entre ces deux démarches, documenter et innover, aussi co-dépendantes qu’elles semblent se repousser dans la temporalité. Tous ceux qui portent des projets de fab labs connaissent l’importance de la documentation, c’est inscrit dans la charte :

  • Quelles sont vos responsabilités ? Connaissances :  Contribuer à la documentation et aux connaissances des autres

Et les bibliothécaires le savent mieux que tout autre puisque la documentation est inscrite dans leur code génétique. Pourtant nous sommes tous happés par les mêmes accélérateurs, réels ou imaginaires, qui font beaucoup de fumée, mais qui ne laissent guère de traces. Avant-hier, nous avons mis le pied sur le frein afin de promouvoir une transition solidaire, attentive, diversifiée, responsable et de qualité pour cette vision de la bibliothèque comme atelier.  :)

L’équipe portant le projet d’espace professionnel s’est rencontrée vendredi le 27 janvier au Musée Dow, merci Communautique pour l’accueil, dans le but de 1) poursuivre le travail d’identification des besoins/expérience usager ; 2) entamer le travail de documentation des personnes, organisations, événements et équipements composant notre nouvel écosystème de mediafablabibliothèques dans le wiki. Huit de ces labs étaient réunis, sous le signe de la bonne humeur et d’un peu de Kombucha, pour pédaler par en arrière afin de mieux avancer.

Le wiki, comme socle documentaire, fonde le réseau social que nous formons déjà sur un réseau d’informations selon le modèle du web sémantique. En traitant systématiquement les données, en liant et structurant l’information, le wiki devient le porte d’entrée, ouverte et durable !, vers nos connaissances collectives ; il supporte les utilisateurs dans la création de nouveaux savoirs.

Suite à ces premières expériences, viendront d’autres jams avec tous les autres mediafablabibliothèques, ou tout simplement les autres fab labs,  intéressés à capitaliser les informations concernant ce qui caractérisent et fait l’expertise particulière de chacune de ces initiatives, et puis aussi les activités.

Ma présentation tout à fait subjective des atouts de chacun ;)

L’exploration des usages et des processus d’implantation des laboratoires de création et de fabrication numérique en bibliothèque au Québec, à travers des démarches de codesign, a été documentée ici.

Pour mémoire, qu’est-ce que documenter ?

L’AFNOR définit la documentation comme l’ensemble des techniques permettant le traitement permanent et systématique de documents ou de données, incluant la collecte, le signalement, l’analyse, le stockage, la recherche, la diffusion de ceux-ci, pour l’information des usagers (Wikipedia)

| Photos par Marie D. Martel, cc-by-sa |

Outaouais : atelier sur les fablabs, la fabrication numérique et autres activités interactives en bibliothèque

Salon du livre de l'Outaouais 2015139Photo : Phonesavanh Thongsouksanoumane

Dans le cadre de la Journée des bibliothèques du Réseau BIBLIO de l’Outaouais ayant eu lieu durant le Salon du livre de l’Outaouais 2015 à la Maison du citoyen de la Ville de Gatineau
Nombre de personnes présentes : 70
Nombre de bibliothèques présentes : 24, dont 22 en contexte rural
Article rédigé par Guillaume Coulombe et Sophie Tremblay

CONTEXTE
L’accès aux ordinateurs et à Internet fait désormais partie de l’offre de services que la plupart des communautés attendent de leur bibliothèque. Certaines bibliothèques prêtent déjà des tablettes et des ordinateurs en plus des livres, des CDs et des vidéos. D’autres, surtout dans les collèges et universités, aménagent des espaces de collaboration, de co-création et de fabrication numérique dans un contexte de sociabilité. Ainsi l’introduction de nouveaux services et outils, et des aménagements qui favorisent la collaboration, transforment l’offre des bibliothèques et leur importance comme infrastructure de développement de la connaissance, des intérêts, des passions et de l’entrepreneuriat local.

C’est dans ce contexte que le Réseau BIBLIO de l’Outaouais a mandaté AgoraLab pour organiser un atelier de trois heures afin de présenter les tendances et les concepts, expérimenter des activités de fabrication qui pourraient se faire en bibliothèque et discuter d’implantations possibles en Outaouais.

La facilitation et le design de cet atelier a été réalisé par :

  • Phonesavahn Thongsousanoumane, Designer-Maker chez AgoraLab
  • Sophie Tremblay, Designer sociale chez AgoraLab
  • Guillaume Coulombre, cofondateur de FabLabs Québec
  • Marc-Olivier Ducharme, FabLabs Québec
  • Marie Martel, conseillère – bibliothèques, Service de la culture, Ville de Montréal
  • Alison Evans Adnani, fondatrice, Maker Junior

Salon du livre de l'Outaouais 2015247De gauche à droite : Guillaume, Sophie, Alison, Phonesavanh, Marie, Marc-Olivier

DÉROULEMENT EN 3 TEMPS
1 – Imaginer la bibliothèque du 21e siècle
Salon du livre-MM

 

 

 

Salon du livre de l'Outaouais 20151112 – Découvrir quelques utilisations types et les essayer

 

 

Salon du livre de l'Outaouais 2015123

3 – Discuter et réfléchir collectivement sur les possibilités d’implantation dans les bibliothèques de l’Outaouais

 

 

Salon du livre

Guidés et relié par une charte d’utilisation et de principes, le nombre de FabLabs dans le monde est passé de 100 à 400 dans les trois dernières années. Dans une formule « café du monde », voici comment les 70 employés, bénévoles et cadres municipaux ce sont exprimés lors de la réflexion collective portant sur l’implantation possible de ce type de d’espaces dans leur milieu.

Pourquoi décider d’implanter un FabLab dans une bibliothèque?

  • Car les FabLabs font écho à la mission de la bibliothèque dans la mesure où on parle de : l’accès libre, ouvert à tous, apprentissage, capitalisation et partage des connaissances, échange.
  • Pour attirer du monde
  • Diversifier l’offre de services (2x)
  • Faire parti d’un réseau établi
  • Ouvrir les frontières
  • Jumeler les idées de centre communautaire et de bibliothèque
  • Intérêts variés : intéressera tous les types de gens
  • Création
  • Intérêts des jeunes
  • Socialisation (2x)
  • Interaction entre les générations (2x)
  • Partager son savoir
  • Intéressant pour attirer des nouvelles clientèles
  • FabLabs très intéressant dans certaines régions pour l’éducation techno
  • Ne prends pas nécessairement beaucoup d’espace
  • Rassemblement multi-générationnel convivial (2x)
  • Échange des connaissances
  • Brise l’isolement (retraités, décrocheurs, jeunes, maladies et dégénérescence) (2x)
  • Diffusion d’oeuvres artistiques
  • Apprentissage de techniques artistiques
  • Partage des connaissances
  • Formations plus manuelles : menuiserie, mécanique, couture, cuisine, tricot
  • Créer de nouveaux projets en lien avec des missions de soutien à l’emploi et culturelles
  • Innovateur
  • Concours pour la décoration
  • Recyclage, réutilisation (2x)
  • Développement écoresponsable
  • Accès libre et ouvert; échange
  • Modèle pour partenariats entre les biblios
  • Centres polyvalents
  • Promouvoir le savoir intergénérationnel

Quels seraient les principaux obstacles à l’implantation de FabLab dans vos milieux?

  • Bruit
  • Résistance au changement, peur de la nouveauté (décideurs et employés) (3x)
  • Ça coûte cher (animation, installation, entretien)
  • Pas les ressources (gens, argent, matériel) (7x)
  • Manque d’expertise (2x)
  • Danger (sécurité) et risques de poursuites
  • Pas l’espace (6x)
  • Le financement
  • Les priorités de la population
  • Coûts d’assurances
  • Manque de temps et besoin de bénévoles
  • Régions éloignées : matières premières non disponible
  • Internet haut débit non disponible
  • Accessibilité : des gens habitent loin du point de rassemblement
  • Possible désintéressement à moyen terme
  • S’intègre selon les besoins
  • Difficulté de diffusion, publicité
  • Structures organisationnelles rigides
  • Difficultés au niveau du transport
  • Manque d’ouverture d’esprit (citoyens ou conseillers municipaux)
  • Responsabilité des participants
  • Manque d’intérêt de la part des conseillers / gestionnaires municipaux (2x)
  • Éloignement rural (2x)
  • Manque de clientèle
  • Efforts de communication

Comment serait-il envisageable de contrer ces obstacles?

  • Résistance au changement : ateliers pilotes participatifs; FabLabs mobile; prouver l’intérêt; expliquer et démontrer
  • Manque de ressources : on fait des chois; on peut le faire en projet pilote pour délaisser d’autres projets et lui faire de la place
  • Sécurité : décharge
  • Manque d’espace : agrandir ou changer de local
  • $ : des levées de fonds pourraient permettre d’amasser un certain pourcentage du montant nécessaire
  • Ressources humaines : inviter au bénévolat
  • Transport des participants : covoiturage
  • Comment rejoindre le monde : Sac d’école, présentation en classe, cartons d’information, liens publics – resto, salle communautaire, magasin général…
  • Temps : bénévoles spécialisées
  • Locaux : partage d’infrastructures (ex : local de l’Âge d’Or et bibliothèque)
  • Organiser des rencontres pour partager les projets
  • Présenter les aspects positifs, évaluer ce que l’âge d’or peut apporter aux plus jeunes
  • Manque d’ouverture d’esprit : trouver des gens dans les localités qui partagent des idées de projets
  • FabLab mobile : échange et partenariats entre les municipalités
  • Sensibiliser les gens aux projets pour améliorer participation (formations, médias locaux)
  • Partenariats avec les entreprises du coin
  • Visibilité dans les sites web municipaux
  • Projets rassembleurs
  • Activités avec plusieurs partenaires
  • Participer au processus politique pour obtenir les appuis
  • Envisager des partenariats avec Emploi-Québec pour créer de nouveaux emplois.
  • Présenter le projet de FabLab au Conseil municipal pour favoriser l’ouverture à la nouveauté
  • Trouver les ressources par la mobilisation d’organisations invitées à devenir partenaires
  • Consultations publiques
  • Créer des labs à petite échelle, avec les moyens accessibles


RETOUR SUR L’ATELIER
Commentaires des participants 

  • Nous essaierons de développer notre biblio en fonction des ateliers que nous avons eu.
  • J’ai bien aimé, je vais sûrement faire des activités du genre à ma garderie.
  • J’ai beaucoup aimé la conférence de Marie Martel. Dommage que nous n’avons pas eu le temps de lui poser des questions qui auraient été plus pertinent que les activités de FabLab.
  • Je vais développer certaines activités qui sont absentes de notre biblio.
  • Bien structuré, compréhensible, amusant.
  • Faire des ateliers qui va porter à sociabiliser et accueillir des gens de jeunes à plus vieux.
  • Wow! Ça m’a vraiment rejoint et je vais m’en servir c’est certain
  • À refaire, très apprécié.
  • Je pars l’esprit plus ouvert et à l’écoute de ces possibilités avant-gardistes.
  • Merci d’avoir enrichi nos connaissances, permis de rencontrer de merveilleuses personnes très intelligentes et passionnées.

Les Arts et la Ville : l’émergence des Fab Labs dans les municipalités du Québec comme moteur de vitalité culturelle

Du 4 au 6 juin 2014, à Alma, se tenait la 27e édition du colloque annuel Les Arts et la Ville, sous le thème La vitalité culturelle : l’affaire de tous. Marc-Olivier Ducharme et Guillaume Coulombe partagent ici leur récolte suite à leur intervention en mode « anti-conférence ».

Invités initialement à présenter le concept des Fab Labs au Colloque ainsi que  l’état de la situation de leur émergence au Québec, nous avons bien sûr accepté l’invitation… tout en annonçant que nous allions être inusités dans notre intervention. En effet, puisque l’émergence des Fab Labs d’ateliers citoyens de fabrication numérique est encore très jeune au Québec, nous avions beaucoup plus envie de susciter l’échange et de mobiliser l’intelligence collective afin de faire en sorte que notre séjour dans la région du Lac St-Jean soit un événement qui prenne part à cette émergence.

Ainsi, dès l’entrée dans la salle du groupe, nous avons tenté de jouer d’imagination, de dynamisme et complicité avec notre hôte, Mme Colette Brouillé qui a été d’une brillante aide à récolter les piste porteuses et commentaires tous des plus pertinents de la salle.

Organisée en 3 actes (le Quoi des Fab Labs; les Fab Labs et le monde de la Culture; pour moi, maintenant), nous avons profité de notre rencontre avec cette quarantaine de personnes à établir des liens entre les Fab Labs et quelques thèmes culturels.

La récolte

Création et Fab Labs

  • Utilisation en démarche de création : le décloisonnement et les interrelations peuvent nourrir la créativité
  • Autonomie et entraide dans les apprentissages de l’artiste
  • Facilité et accessibilité des processus : les potentiels mis à disposition repoussent les limites
  • Élargissement des champs de connaissances permis par la continuité du Fab Lab dans les rencontre, la participation et les formules de mentorat possibles
  • Ouverture vers la pluri-disciplinarité : les possibilités font croire qu’on peut passer de puriste à pluriste dans un lieu comme un Fab Lab.
  • Démocratisation : réduisant les coûts d’accès au technologies de pointe, l’artiste peut créer avec cette contrainte en moins.

Médiation et Fab Labs

  • Le Fab Lab peut enrichir la pratique de médiation en facilitant l’échange entre l’Artiste et les citoyens
  • Passer du Faite-le vous-même (Do It Yourself) au Faisons-le ensemble (Do It Ourselves)
  • L’idée d’un calendrier de la fabrication citoyenne, un projet de Fab Labs Québec en complicité avec Espaces Temps, est très bien accueillie
  • L’appropriation des techniques et technologies permise en Fab Lab est souhaitée dans une médiation artistique
  • La transmission des savoirs-faire : un plus!
  • On voit un certain parallèle avec l’atelier du Cercle des Fermières : y a-t-il des ponts à bâtir?

Diffusion et Fab Labs

  • Possibilité d’établir des liens avec la Fabrique culturelle
  • Faire connaître des projets à l’environnement du Fab Lab
  • Créer des outils de diffusion en collaboration avec les Fab Labs
  • Les collaborations possibles entre les Fab Labs et les bibliothèque

En vrac : les WOW!!

  • On change le paradigme : on n’est pas nés pour consommer
  • On ouvre la boîte et démocratise la production
  • L’avenir des bibliothèques : le savoir partagé
  • Quel bel appel à l’intelligence collective
  • Après votre atelier, je peux maintenant dire que ce qui est rendu POSSIBLE avec les Fab Labs et FABULEUX! Je vois beaucoup d’ESPOIR pour la nature humaine (rien de moins!) parce que vous liez l’utilisateur des TI (d’un très haut niveau) avec valeurs de partage et d’ouverture à l’autre… Quel qu’il soit!

En vrac : les questions qui émergent

Et des réponses, car elles sont toutes pertinentes…

  •  L’open source, c’est quoi? À la base, ça veut dire que le code d’un logiciel est public, ou qu’il visible. Quand c’est Libre et ouvert, là on peut le réutiliser ailleurs (généralement quand même en diffusant d’où le travail a été tiré)
  • À quel point l’artiste est-il impliqué dans les Fab Labs? Il y est invité et prend la place qu’il désire
  • Des entreprises peuvent-elles naître dans les Fab Labs? Oui, pourquoi pas?!
  • Qui équipe les Fab Labs? Parfois le projet avait déjà des équipement, par exemple certaines écoles techniques. Dans d’autres cas, ce sont des projets d’investissements et les financeurs ou subventionnaires peuvent varier.
  • Peut-on utiliser les Fab Labs à d’autres fins? Tant qu’on ne vise pas l’utiliser pour des actes violents et qu’on ne brime pas son accès par les autres.
  • Combien de Fab Labs y a-t-il au Québec? Ça avance : environ 6 ateliers sont ouverts ou en phase d’ouverture. Où? Voir la page Les Fab Labs au Québec
  • Quelles sont les différences entre les Fab Labs et les Living Labs? Principalement les équipements disponibles en Fab Labs.
  • Existe-t-il des Food Labs au Québec? Pas qu’on connaisse encore.
  • Des liens entre Kaput et les Fab Labs? Kaput le festival des artistes récupérateurs? Les Fab Labs sont des ateliers.
  • D’où vient le financement? Généralement soutien local au démarrage d’entreprises sociales et solidaires.
  • Les intervenants sont-ils tous sur une base volontaire? Non, il peut y avoir des employés, des stagiaires. Des organisations et entreprises pourraient aussi y mobiliser des employés.
  • Tarification : combien ça coûte? Ça dépend de l’utilisation : on paye en général les matériaux. Les Fab Labs promettent quand même des plages d’accès gratuit.
  • Comment aller chercher des connaissances multiples? (ex : applications aux arts vivants) Stratégies d’animations au cas par cas, selon les implications.
  • Y a-t-il des prolongements à l’extérieur des Fab Labs? Au minimum la vie de tous qui continue, parfois transformée. Sans limite.

Pour conclure…

En conclusion, nous avons littéralement été enchantés par l’accueil à cet événement. Les gens rencontrés, élu(e)s municipaux et professionnel(le)s du développement culturel et artistique du Québec et de l’Acadie, ont donné de nombreuses pistes de relations entre la vitalité culturelle et les Fab Labs. Nous tenons à remercier l’organisation pour la qualité de l’événement et sommes bien évidemment disposés à continuer les échanges de même qu’à participer à vos réflexions collectives… et projets!

Le bilan d’Imaginons nos Fab Labs

Bilan1Imaginons nos Fab Labs est une résidence de co-design citoyen, un remarquable processus humain et une exploration rigoureuse qui avait pour intention de stimuler l’émergence des Fab Labs au Québec.

C’est à travers notamment des entrevues, des événements, des prototypes, des rencontres et trois semaines d’activités à Montréal, Laval et Longueuil que tous étaient conviés à répondre à cette question puissante : Pourquoi les Fab Labs peuvent contribuer à la vitalité de nos milieux de vie et quels sont les terreaux fertiles pour les cultiver ensemble?

Les apprentissages de la résidence aidaient à mieux comprendre la valeur des Fab Labs pour la vitalité de nos milieux, ainsi qu’à identifier les structures qui étaient susceptibles de contribuer à leur essor.

Imaginons nos Fab Labs a contribué à connecter, activer, soutenir et révéler une communauté de pionniers riche et dynamique qui est déterminée à faire que la technologie, la créativité et la capacité à innover ensemble soient accessibles au plus grand nombre, pour le bien de nous tous.

Voici le fruit de cette démarche en un bilan rassemblant vidéo, entretiens et apprentissages sur : imaginonsnosfablabs.org/le-bilan-des-residents

Visionnez la vidéo de la soirée de clôture!

La Fabrique en construction

La Fabrique est un projet de Fab Lab à Sherbrooke. Nous avons comme objectif de rassembler une communauté diversifiée dans le but de d’ouvrir un atelier collectif de 10000pi2 donnant accès à des outils variés, du traditionnel à la fine pointe de la technologie, et des espaces de création individuels. De plus, nous voulons développer les compétences en fabrication et en création de la population estrienne par des formations et par le partage de connaissances.

Après avoir découvert le modèle du Artisan’s Asylum à Boston et avoir expérimenté quelques mois la gestion d’un atelier collectif dans notre garage, nous avions besoin de mieux connaître notre communauté pour orienter la suite du projet.

La Fabrique en construction est une rencontre où nous avions l’occasion de rencontrer les différents acteurs de Sherbrooke pour leur présenter le monde des ateliers collectifs (Fab Labs) et, par le biais de discussions, mieux connaître leur réalité.

L’événement s’est déroulé autour de trois questions:

  1. Quels sont les besoins de la communauté et comment la Fabrique peut y répondre?
  2. Comment la Fabrique peut être complémentaire aux organismes déjà présents?
  3. Quels sont les plus grands défis?

 

Résultats - Fabrique en construction
Cliquer pour agrandir

Voici le résumé des résultats de notre démarche :

 

 

 

 

 

 

 

Cette démarche nous a permis d’atteindre nos objectifs de mieux connaître les besoins de la communauté et voir de quelle manière nous pouvons y répondre. Ces activités ont aussi eu un effet motivateur pour les membres du projets, car ils ont pu voir l’intérêt du projet par la communauté et d’avoir une idée plus claire sur quelle orientation nous pouvons prendre.

Pour consulter la démarche détaillée, vous pouvez consulter ce lien :

Merci à tous ceux qui ont participé à la démarche!

Fab Labs en santé au Québec? Première rencontre

En juillet dernier, dans le cadre d’Imaginons nos Fab Labs (dans la région Laval, Montréal et Longueuil), j’ai participé à une table d’échange au sujet des potentielles retombées des Fab Labs dans le domaine de la Santé. Étant personnellement mobilisé par ces potentiels, je présente ici ma récolte des retombées, relevées par des participants issus autant du monde de la Santé que de celui des Fab Labs.

Pour le patient, un Fab Lab…

  • est un lieu d’échange entre les patients et le personnel soignant autre que la salle d’examen;
  • brise l’isolement et tisse le lien social du patient;
  • facilite le partenariat entre les professionnels et les patients (patients-partenaires);
  • devient un atelier équipé de machines et d’outils aidant la réadaptation auxquels les patients peuvent s’impliquer, pour eux-même et aussi pour les autres;
  • est un lieu d’inspiration et d’échange d’idées;
  • peut diminuer les coûts des technologies par la création et l’utilisation de technologies libres et partagées.

Pour les professionnels de la Santé, un Fab Lab…

  • est un lieu de convergence et d’échange hospitalier entre praticiens;
  • est un lieu d’incarnation de la créativité au travail;
  • est un atelier pour le développement collaboratif d’interfaces tactiles pour le soin;
  • est un espace de résolution de problème et de collaboration interprofessionnelle
  • permet l’intervention préventive, parce que l’espace est communautaire

Une histoire vécue

L’histoire de Nico, amputé de la main qui s’est présenté dans un Fab Lab français pour suggérer aux participants de collaborer avec lui à développer une prothèse de main multi-articulée, nous a été présenté par.

Vous pouvez découvrir cette histoire fascinante ici :

Pour votre curiosité

Retour sur Imaginons un atelier Fab Lab à La Pocatière

Imaginons un FabLab à Pocatière

 

 

Retour sur la rencontre citoyenne organisé par le Cégep de La Pocatière et Fab Labs Québec

Le lundi 4 mars 2013, le Cégep de La Pocatière et Fab Labs Québec invitaient la population à explorer une nouvelle façon de créer, d’apprendre et de vivre l’innovation dans une atmosphère conviviale. L’idée était d’échanger avec les Pocatoises et Pocatois et gens des environs de tous âges (retraités, étudiants, enseignants, acteurs du développement économique et communautaire, entrepreneurs, créatifs, curieux, patenteux, etc.) à explorer ensemble l’univers émergent des Fab Labs et évaluer les possibilités de créer ensemble un Fab Lab pour la région.

Photo Imaginons un Fab Lab à La Pocatière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’équipe organisatrice espérait une vingtaine de participants, mais c’est une quarantaine de personnes qui ont répondu à l’appel. Les participants, âgés de 10 à 65 ans et plus, étaient de tous les domaines professionnels.

Dans l’esprit des discussions de groupe de type Café du Monde (World Café), les participants étaient invités à échanger librement en petits groupes; ensuite, chaque table partageait en plénière les idées échangées sur les trois questions suivantes : Qui fréquente le Fab Lab et pourquoi?, Que gagne le Cégep de La Pocatière d’avoir son Fab Lab? Que gagne la région de La Pocatière d’avoir son Fab Lab? – Pour consulter la récolte des réponses des participants, téléchargez le bilan de la rencontre.

Imaginons un Fab Lab à La PocatièreEn répondant à cette invitation du Cégep de La Pocatière et de Fab Lab Québec, les citoyens ont eu l’occasion d’explorer cet univers émergent des Fab Labs et d’évaluer ensemble les possibilités de créer un Fab Lab pour la région.

Ce fut une première exploration de la sorte dans un milieu collégial au Québec. Les participants ont été vraiment enthousiasmés à l’idée de se doter d’un espace accessible à tous pour créer, apprendre et innover. Quelques enjeux comme les questions d’assurance sont là, mais ne devraient pas freiner l’ensemble des bénéfices envisagés. Il semble que le Cégep de La Pocatière possède déjà beaucoup de ressources, dont une majorité de l’équipement nécessaire à la création d’un tel atelier et des membres de son personnel.

L’équipe d’échoFab est motivée à avoir un autre Fab Lab québécois avec qui échanger des idées et partager des connaissances. Il y a actuellement un élan au Québec avec l’émergence d’initiatives un peu partout dans la province.

L’équipe organisatrice tient à remercier chaleureusement les citoyens ayant participé à cette rencontre, le Cégep de La Pocatière, Fab Labs Québec ainsi que les personnes suivantes pour leur collaboration : Martin Bérubé (conseiller pédagogique au Cégep), Marie-Claude Deschênes (directrice des études), Carole Juneau (conseillère en communication au Cégep), Marc-Olivier Ducharme (coordonnateur d’échoFab), Anthony Lapointe (animateur à échoFab, initiateur du futur DémosLab au Saguenay), Stéphane Rousseau (entrepreneur, créateur de l’imprimante 3D échoRap).

Pour en savoir plus, télécharger :

Participants à Imaginons un Fab Lab à La Pocatière

La Fête de l’art à échoFab: citoyens et artistes étaient au rendez-vous!

Le 17 janvier dernier, échoFab a participé à sa façon à la Journée internationale de l’art en lançant son Tweet manifeste et en invitant citoyens et artistes à présenter leurs projets artistiques réalisés au Fab Lab et/ou avec la collaboration des nombreux talents qu’on y retrouve. Voici un récit détaillé et illustré de la soirée grâce aux « tweeteux/euses » en direct de l’événement.

Pourquoi une Fête de l’art dans un Fab Lab?

Rappelons qu’un Fab Lab est un atelier citoyen de fabrication à partir d’outils à commande numérique; un espace de création. Les esprits créatifs, qu’ils soient inventeurs, programmeurs, bidouilleurs, artisans, designer et artistes de tous âges et toutes origines s’y retrouvent partageant idées, collaborant et mettant en commun leurs connaissances. C’est sous le signe de la diversité que cet événement a laissé place à une varité de présentations de projets.

Le « Tweet manifeste » 

Atelier Plume 3D 
La fête a débuté en après-midi avec un atelier sur mesure pour Marilyne Veilleux et Philippe De Grosbois avec Raphael Demers autour de l’imprimante 3D : créer une plume 3D pour Idle no more / le mépris c’est fini! Voyez le petit reportage photo (et vidéo!) de Philippe lors de sa visite à échoFab avec Marilyne.

Yoga sonore en direct du Japon 
Ensuite, nous avons eu la chance d’expérimenter le Yoga sonore / brain gym /Kinéson donné via Skype en direct du Japon par Anna Takahashi.

D’ailleurs, cet été se déroule au Japon la 9ème rencontre de la communauté mondiale des Fab Labs, FAB9. Fab Labs Québec y sera.

Atelier sonore interculturel 
Atelier sonore interculturel dans la salle CNC avec la chanteuse Suzy Tremblay.


Présentation de l’imprimante 3D échoRap 
Suivi de la présentation de la toute dernière version de échoRap, une imprimante 3D open source conçu et fabriqué par Stéphane Rousseau à l’échoFab. Des ateliers pour monter votre propre imprimante 3D échoRap seront offerts prochainement par échofab!

Présentation de John Danger 
Présentation d’un projet en cours du designer graphique, musicien John Danger, un jeu vidéo à fin thérapeutique pour que les enfants asthmatiques apprennent à contrôler leur respiration et prévenir ainsi des crises.

Stéphane Vakoula du Centre des sciences de Montréal a pris la parole pour annoncer le concours de création d’instruments de musique.

Présentations de Emmanuelle Reynauld et Pierre Thirion
Les participants ont pu découvrir le travail de deux installations: le travail photographique de Emmanuelle Reynauld ainsi que les sons sociaux et archivage des photographies du printemps érable de Pierre Thirion.

 

Hélène Desbiens, artisane du numérique, institutrice à la retraite et meilleure élève de échoFab sur Sketshup 8,  présente son prototype d’un atelier-conteneur pour un centre de récupération.

Présentation Arduiflo
Démonstration du projet Arduiflo et Raspberry Pi présenté par Anthony Lapointe. 

Artisanat numérique urbain : Élisabeth Brisset fabrique des boutons.

L’artiste en art visuel et danseur Alex Bonaventure Geissman, réinvente l’art pointillé avec la création d’un crayon muni d’un moteur.

Présentation de Pascale Malaterre
Initiatrice de cette Fête de l’art, l’artiste Pascale Malaterre présente le cheminement de sa forêt de l’indignation. Elle explique: « précisément je travaille sur : Photo / vidéo / vocalo / net / présence-graphies. Globalement, je travaille sur la déterritorialisation : ses dégâts, ses douleurs, ses espoirs. »

La Fête s’est poursuivie avec un gâteau, un verre à la main et des discussions conviviales et inspirantes! Je termine ce récit en citant ce que m’a dit l’inventeur Christian Beaubien lors de cette soirée : C’est incroyable la matière grise qu’il y dans un Fab Lab! - C’est bien vrai, vous ne trouvez pas?

Sincères remerciements à toute l’équipe de échoFab et Communautique. Merci à Bénédicte Monroe pour la signalisation et un merci tout spécial à Pascale Malaterre d’avoir proposé et orchestré cette formidable fête de l’art. :)

Visionnez les photos de l’événement sur la page Facebook de échoFab!

Fab Labs au rendez-vous de L’île du savoir

Le 26 novembre dernier, la Conférence régionale des élus de Montréal invitait au Centre des Sciences de Montréal les intervenants du milieu scolaire, organismes de culture scientifique et entreprises de l’île de Montréal à prendre part au Rendez-vous de L’île du savoir afin de contribuer à l’émergence de nouvelles idées et pistes d’action autour des vastes enjeux de la promotion des sciences et des technologies auprès des jeunes.

Cet événement de co-construction encourageait les échanges par une approche participative et créative structurée en ateliers de travail autour d’une vingtaine de conférenciers invités. Ce fût l’occasion pour Marc-Olivier Ducharme, coordonnateur de échoFab de présenter le concept des Fab Labs. Nombreuses furent les étincelles dans les yeux des participants en découvrant le mouvement planétaire des Fab Labs, réalisant tout le potentiel d’un Fab Lab pour leurs organisations.

Au fil des échanges, il est devenu rapidement très présent dans les conversations qu’une nouvelle approche des sciences doit laisser davantage place à la créativité et à l’expérimentation. Les jeunes demandent de pouvoir expérimenter et fabriquer afin de comprendre les sciences et les technologies. Des jeunes préalablement interrogés sur leur expérience d’apprentissage des sciences à l’école affirmaient par exemple : « Nous aimerions voir la science qu’on est en train d’apprendre » et qu’il y ait « davantage de liens avec l’actualité scientifique. »

Ces espaces de partage, de création et d’apprentissage que sont les fab labs deviennent peut-être alors une des réponses à ce besoin d’expérimenter tout en apprenant? Chose certaine, Fab Labs Québec est plus que jamais enthousiaste et disposer à informer et accompagner les initiatives de création de Fab Labs au Québec.

 **

Pour en savoir plus sur l’opinion des jeunes, visionnez ce film projeté lors du Rendez-vous afin de stimuler les reflexions. Dans ce film réalisé par madame Anne Ardouin lors du Forum les jeunes et la science, les jeunes du secondaire de l’école Sophie-Barat expriment leurs points de vue sur l’enjeu de la culture scientifique et leurs perceptions des carrières dans ce domaine et élaborent des propositions et des projets pour l’avenir.

Retour sur le Mini Maker Faire de Montréal

La chaleur écrasante ne pouvait rien contre l’ardeur des Makers présents lors de cette première édition du Mini Maker Faire de Montréal et tout le weekend ce sont succédés une foule de visiteurs intrigués par toutes ces inventions et créations. C’était une occasion en or pour tous ces patenteux d’inspirer les visiteurs et de discuter de leurs passions pour la robotique ou l’interactivité. Évidemment, échoFab tenait une table, en collaboration avec Fab Labs Québec et le LabFab de Rennes (France). À cette tablé était présenté le prototype de la première imprimante 3D conçue au Québec, la échoRap, qui sera sous peu publiée en Creative Commons et disponible pour la vente.

Lors de l’évènement, notre équipe vidéo a tourné cette capsule pour votre plus grand plaisir:

Mini Maker Faire – Montréal 2012 from Fab Labs Québec on Vimeo.