Archives pour la catégorie Compte-rendu d’événement

Fab Labs au rendez-vous de L’île du savoir

Le 26 novembre dernier, la Conférence régionale des élus de Montréal invitait au Centre des Sciences de Montréal les intervenants du milieu scolaire, organismes de culture scientifique et entreprises de l’île de Montréal à prendre part au Rendez-vous de L’île du savoir afin de contribuer à l’émergence de nouvelles idées et pistes d’action autour des vastes enjeux de la promotion des sciences et des technologies auprès des jeunes.

Cet événement de co-construction encourageait les échanges par une approche participative et créative structurée en ateliers de travail autour d’une vingtaine de conférenciers invités. Ce fût l’occasion pour Marc-Olivier Ducharme, coordonnateur de échoFab de présenter le concept des Fab Labs. Nombreuses furent les étincelles dans les yeux des participants en découvrant le mouvement planétaire des Fab Labs, réalisant tout le potentiel d’un Fab Lab pour leurs organisations.

Au fil des échanges, il est devenu rapidement très présent dans les conversations qu’une nouvelle approche des sciences doit laisser davantage place à la créativité et à l’expérimentation. Les jeunes demandent de pouvoir expérimenter et fabriquer afin de comprendre les sciences et les technologies. Des jeunes préalablement interrogés sur leur expérience d’apprentissage des sciences à l’école affirmaient par exemple : « Nous aimerions voir la science qu’on est en train d’apprendre » et qu’il y ait « davantage de liens avec l’actualité scientifique. »

Ces espaces de partage, de création et d’apprentissage que sont les fab labs deviennent peut-être alors une des réponses à ce besoin d’expérimenter tout en apprenant? Chose certaine, Fab Labs Québec est plus que jamais enthousiaste et disposer à informer et accompagner les initiatives de création de Fab Labs au Québec.

 **

Pour en savoir plus sur l’opinion des jeunes, visionnez ce film projeté lors du Rendez-vous afin de stimuler les reflexions. Dans ce film réalisé par madame Anne Ardouin lors du Forum les jeunes et la science, les jeunes du secondaire de l’école Sophie-Barat expriment leurs points de vue sur l’enjeu de la culture scientifique et leurs perceptions des carrières dans ce domaine et élaborent des propositions et des projets pour l’avenir.

Retour sur le Mini Maker Faire de Montréal

La chaleur écrasante ne pouvait rien contre l’ardeur des Makers présents lors de cette première édition du Mini Maker Faire de Montréal et tout le weekend ce sont succédés une foule de visiteurs intrigués par toutes ces inventions et créations. C’était une occasion en or pour tous ces patenteux d’inspirer les visiteurs et de discuter de leurs passions pour la robotique ou l’interactivité. Évidemment, échoFab tenait une table, en collaboration avec Fab Labs Québec et le LabFab de Rennes (France). À cette tablé était présenté le prototype de la première imprimante 3D conçue au Québec, la échoRap, qui sera sous peu publiée en Creative Commons et disponible pour la vente.

Lors de l’évènement, notre équipe vidéo a tourné cette capsule pour votre plus grand plaisir:

Mini Maker Faire – Montréal 2012 from Fab Labs Québec on Vimeo.

 

 

BootCamp Barcelone TEMPUS

Dans la lignée des ateliers d’aide au démarrage de Fab Lab, les bootcamps, s’est tenu du 11 au 22 juillet dernier , le Bootcamp Barcelone TEMPUS. Activité financée par la Commission européenne, cet atelier de tissage de liens a été une occasion pour 6 étudiants en génie des trois pays du Maghreb de vivre une expérience d’immersion dans l’open hardware et les Fab Labs, dans la construction collective de 3 imprimantes 3d RepRap Orca. Présentation du déroulement de l’activité, présentation et impressions des participants et pistes de travail pour un Bootcamp québécois dans les prochaines lignes…

Organisation et déroulement

Le projet Tempus, initié par la direction générale Éducation et Culture de la Commission européenne, vise à favoriser la modernisation de l’enseignement supérieur chez ses voisins. C’est en travaillant à son stage de maîtrise à l’École nationale Supérieure en Génie des Systèmes Industriels de Nancy avec Benoît Roussel, son encadrant (impliqué dans Tempus), qu’Emamnuel Gilloz, qui se passionne de design et d’imprimantes RepRap, a introduit l’équipe du projet de la Commission européenne aux Fab Labs. C’est ainsi que le Bootcamp vers les Fab Labs a été expérimenté comme « plateau-innovation » de Tempus, permettant aux étudiants et animateurs, Emmanuel et Benoît, de se rencontrer à Barcelone pour y vivre une expérience d’apprentissage hors du commun.

Durant ces 2 semaines, à caractère cette fois-ci plutôt technique, il était principalement visé que 3 machines soient construites pour permettre à 3 équipes de 2 personnes de retourner à la maison avec une machine capable d’aider à produire d’autres machines. Ainsi, après quelques heures de discussions à propos de l’open source et des Fab Labs, les pièces des imprimantes sont arrivées, livrées en personne par Camiel Gubbels, fondateur de Mendel Parts (en Hollande), un entrepreneur passionné de RepRap qui a pris plaisir à participer à la mise en œuvre de l’équipe. Alors, tous se sont bien amusé à construire leur machine, de l’assemblage de la structure à la buse d’extrusion, en passant par le circuit imprimé et bien sûr, quelques petits problèmes qui n’ont pas manqué mettre la débrouillardise de tous à profit!

À la fin de la première semaine, une fois les machines construites, il a resté suffisamment de temps afin d’apprendre à utiliser ces équipements! Ajustements des températures et pression, utilisation de différents logiciels d’impression (…), il est bien important de noter qu’autant à portée d’achat, l’imprimante 3d demande quand même quelques apprentissages pour aisément l’utiliser.

C’est ainsi dans l’action que les 6 étudiants ont eu l’occasion de découvrir les Fab Labs, en vivant la construction en atelier, en échangeant avec différents visiteurs et même par visio-conférence avec Peter Troxler (intervenant du réseau des Fab Labs aux Pays Bas), tout en travaillant en équipe de façon collaborative… et apprenante!

Présentation et impressions des participants

Alaa Eddine Radhouane, École nationale d’Ingénieurs de Sousse, Tunisie
A reçu un proposition de son encadreur et qui lui a proposé une formation sur les RepRap.. « Je découvre une ambiance formidable et moins sérieuse qu’attendue, qui joint l’utile à l’agréable! » Pour lui, c’était une première expérience de travail en groupe et de partage d’idées autant dans l’application.
Mes compétences développées au Bootcamp : bricolage (à l’inverse des formation habituellement très théorique), langues (français, anglais, espagnol, dialectes arabes…)
Mon expérience en 3 mots : projets, innovation bouleversante et futuriste

Hassen Dammak, École nationale d’Ingénieurs de Tunis, Tunisie
Avec Tarek, travaillait sur un projet de fin d’année sur le prototypage rapide. Après la présentation, l’encadreur (participant au projet Tempus) leur a proposé la formation… Et il l’a accepté! « Nouveauté pour moi car l’enseignement est traditionnellement plus théorique et cet événement très pratique! C’est un mélange mécanique et physique… Et mention particulière à la bonne idée de travailler en binôme (une machine pour 2)! »
Mes compétences développées en Bootcamp : bricolage (perceuses soudure, montage des pièces…ajustements) Il y a toujours une solution : faut pas paniquer! Sa machine a été difficile au démarrage et a fini par fonctionner (problème de fuite de la matière au dessus de la buse, ajustements de précision…)
Mon expérience en 3 mots : génial, apprentissage, mon futur sera plus pratique que théorique

Tarek Bradaï, École nationale d’Ingénieurs de Tunis, Tunisie
Projet présenté avec Hassen sur l’intégration du prototypage rapide dans les chaines de conception : exemples des machines industrielles pouvant être utilisées. « 2 semaines fantastiques : belle équipe avec Benoit et Emmanuel, amusant de fabriquer sa propre machine et instant inoubliable de voir sa machine commencer à fonctionner! Merci à mon encadrant et à toute l’équipe!»
Mes compétences développées en Bootcamp : Travail d’équipe en équipe et en groupe, partage des tâches et des connaissance, nouveaux logiciels (repsnapper, skein forge) Attendait la formation théorique avant la pratique et a aimé commencer la pratique avec 2 encadrants.
Mon expérience en 3 mots : inoubliable, belle expérience, innovant – Invite tout le monde à monter leur propre projet et développer les réseaux.

Hamza Ghorri, Faculté des Sciences et Techniques de Tanger, Université ABDELMALEK ESSAADI, Maroc
Son professeur l’a contacté pour opportunité de stage. « Je ne connaissais pas l’idée du fab lab; j’ai aussi découvert la Rep Rap par le projet… Je me prêt à toutes les situations, j’ai réalisé beaucoup d’apprentissages et réussi à régler les problèmes avec un peu d’improvisation!
Mes compétences développées en Bootcamp : montage machine, application de notions de construction mécanique, quelques surprises (et problèmes réglés!) : trop de tension dans la machine, problèmes de fuite de l’extrudeur… !
Mon expérience en 3 mots : enrichissant, application pratique, contacts dans le domaine,

Aabdelghani Elliali, Faculté des Sciences et Techniques de Tanger, Université ABDELMALEK ESSAADI, Maroc
Au dernier moment, son prof lui a dit qu’il y aura ce stage fab lab et imprimante 3d et il l’a accepté sur le champ. A découvert grâce à Emmanuel ce qu’est le Fab Lab. « Expérience! 2 jours de formation pratique à la machine 3d et le 3e jour… Montage de la machine!  Problèmes mais pas de découragement! On a compris qu’il faurait apporter une petite modification au niveau de la buse d’extrusion (design machine). Une bonne expérience et j’espère en vivre une autre comme ça, Incha Allah! »
Mes compétences développées en Bootcamp : travail mécanique avec les outils d’assemblage, assemblage de carte électronique et gestion de la tension (de la carte et de la buse d’extrusion), conscience de la RepPap et des Fab Labs,
Mon expérience en 3 mots : génial, magnifique, j’ai passé la bonne expérience de ma vie, rencontres d’ingénieurs d’autres pays…

Amine Mermitte, École nationale Polytechnique d’Alger, Algérie
Son enseignant, fondateur du club d’innovation Cluster, l’a contacté parce qu’il était le seul membre du club venant du département de mécanique. « C’était enrichissant, ça m’a vraiment donné un premier point de vue de ce qu’es le métier d’ingénieur car avant, ce n’était que des cours. Maintenant c’est plus lié! »
Mes compétences développées en Bootcamp : électronique pratique, recherche et atteinte d’informations par les plate-formes de réseau web, travail de groupe, langues!
Mon expérience en 3 mots : magique, enrichissant, à faire!

Emmanuel Gilloz, École nationale Supérieure en Génie des Systèmes Industriels de Nancy, France
Ayant eu l’occasion de participer au Bootcamp de Nantes dont on a déjà parlé, Emmanuel a introduit avec brio les Fab Labs dans le projet Tempus et c’est devenu le sujet de son stage de maîtrise.
Mes compétences développées en Bootcamp : organisation et animation d’activités de construction de machines, impression de pièces complexes, langues…
Mon expérience en 3 mots : rencontres, partage, génial!

Vers un Bootcamp au Québec!

Recette de construction de liens et développements de compétences intensive qui a fait ses preuves dans divers contextes dont celui des Fab Labs : comme on en a discuté à la rencontre du mois de mars, on en prépare un! Sera-t-il axé sur seulement la construction de machines ou avec un mandat élargi telle celui de Nantes? Fort probablement à mandat élargi. Bien sûr, la formule sera flexible et tous les participants en trouveront pour leur compte, selon leur questions, besoins et motivations… Contactez-nous pour nous faire connaître votre envie de participer au projet qui devrait se dérouler en octobre ou novembre. Voici quelques pistes de réflexion quant aux axes de travail qui pourront y être abordés, selon les besoins :

  • Outils de financement des Fab Labs au Québec
  • Travail d’acquisition d’un parc d’équipements
  • Construction de machines auto-répliquantes
  • Systèmes et méthodes de documentation créative des activités

En conclusion

Quelques mois après un printemps de révolution qui, selon quelques uns des participants au Bootcamp Tempus, « [Le printemps arabe] donne espoir au futur : on se sent vraiment libérés, notre horizon est plus grand! », ceux-ci ont eu l’occasion d’être transportés dans des zones ouvertes aux possibilités et à la créativité personnelle et collective. Que ce soit dans l’exploration de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner, dans la création ou l’utilisation d’outils d’expression de la créativité et voir même dans la réponse innovante à des besoins collectifs, y semblerait que révolution arabe et Fab Labs veulent s’accordent… Nous au Québec, on voit ça comment?

Pour en savoir plus :

 

 

Compétences au Fab Lab (Fab Lab Squared 3 de 3)

Que ce soit en l’abordant en tant qu’utilisateur des lieux – bricoleur, artiste, enseignant (…), porteur de projet, animateur, bénévole ou même gestionnaire, le Fab Lab est un lieu où son mobilisées et développées divers bagages. Puis comme les gens y concrétisent eux-même leurs idées avec des outils qui leur sont probablement nouveaux et ce dans un contexte d’échange et d’ouverture (open source, open hardware…) encore en émergence, les échange de toutes sortes autour de ces idées et projets risquent même d’entrainer le développement compétences!

Ayant passé la semaine à Fab Lab Squared, j’ai vite remarqué que cette expérience m’offrait la possibilité de m’enrichir par des apprentissages de tous genres : utilisation et formation à l’utilisation des machines, réalisation et accompagnement dans réalisation de projets de bricolage, accueil et sensibilisation du public au fonctionnement des Fab Labs… Maintenant, afin d’approfondir ce lien entre Fab Lab et apprentissages, cet article traite d’une question essentielle dans tout développement de programme scolaire au Québec (et j’imagine ailleurs) : la notion de compétence. Sans viser créer un référentiel exhaustif des compétences Fab Lab, j’en aborde quelques unes qui, de mon expérience personnelle, peuvent être développées et mobilisées en tant qu’utilisateur de l’espace, ainsi d’autres qui peuvent l’être en tant que membre de son équipe d’animation et de gestion.

Compétences utilisateur Fab Lab

Bidouiller implique la mise en oeuvre de différentes habiletés, mobilisant connaissances, savoir-faire, techniques… Créer un objet ou une machine, inventer une solution à un problème personnel ou collectif aussi! Quelques réflexions-expériences sur le développement de compétences en Fab Lab :

  • NOTRE SÉCURITÉ AVANT TOUT : je suis désolé de ne pas avoir réagi en voyant une étudiante utiliser un outil rotatif (genre dremmel) dans la préparation de son kiosque d’exposition, sans lunettes de protection et de l’avoir laissé travailler comme si de rien n’était, me disant que ce n’était pas mon affaire… Quelques minutes plus tard, elle s’envoyait un éclat de plastique dans l’œil! À tous les utilisateurs de Fab Lab : des attitude et comportements appropriés et sérieux par rapport à sa propre sécurité et à celle des autres sont essentiels! Il faut donc savoir prévenir, agir et réagir au bon moment. Bien que l’ensemble des équipements qu’on trouve généralement dans un Fab Lab soit relativement peu dangereux, la plupart des accidents qui arrivent dans un atelier surviennent en un instant, sont douloureux, et parfois peuvent être irréversible. Heureusement, cette fois-ci, la blessure était bénigne et ma collègue n’a eu mal que pendant quelques minutes…

    photo : Michel Sasson
  • Conduire des machines : l’impression 3d à l’aide d’imprimantes « maison » est un art technique : le plastique chauffe, crée parfois des dépôts (invisibles) dans la buse d’extrusion et après quelques heures d’utilisation de la machine : problème, le débit est irrégulier la production est difficile… Je découvre qu’on peut ajuster la vitesse d’extrusion, changer la température de chauffage, on joue avec tout ça, ça marche un petit bout de temps peu et ça finit par boucher. Manifestement, il est très pratique de discuter avec d’autres utilisateurs du même type d’équipements et divers site web pour apprendre comment démonter ladite buse et lui faire un bon nettoyage! À chaque machine son fonctionnement propre, toutefois plus on en apprend, mieux on comprend et contrôle chacune d’elles.
  • Réaliser un plan fonctionnel : qui veut produire un objet à l’aide de machines à commandes numériques a besoin… d’un dessin numérique! Alors, pour les uns, connaître l’existence de dessins des projets disponibles sur Thingiverse et Instructables pour les utiliser tel quel ou après modifications (en respectant les droits de partage, bien sûr!) est une piste d’accès au « faire soi-même ». Pour les autres, c’est très possible d’apprendre à dessiner une image vectorielle et d’utiliser le logiciel libre et gratuit inkscape. Le dessin 2d que j’ai commencé à apprendre, c’est vraiment pratique pour procéder à une découpe laser, car il suffit d’imprimer le dessin sur l’ordinateur qui pilote la machine pour obtenir une découpe au laser de bois, carton, ou autres d’un précision et netteté incroyable.
  • Partager et trouver de l’information en lien avec ses projets : utiliser des sites web et contacter des gens pour échanger afin de parvenir à ses fins lorsqu’on cherche comment tracer tel type de ligne ou ajuster une machine, les compétences liées à l’échange d’information sont très mobilisées en atelier. Sans compter la compréhension, le respect et bien sûr, l’utilisation des licences de partage des droits d’auteurs « creative commons ». Mes deux réalisations sont partagées ici (sur Thingiverse) : support-dérouleur à fil (lien ici bientôt) et support mural à guitare.
  • Autre (s) : bon, je n’ai pas encore fait l’essai de blender (dessin vectoriel 3d gratuit), toutefois c’est un logiciel reconnu qui pourra aider à produire un dessin d’un objet qu’on voudrait imprimer en 3d. Et sans compter la création de circuits électroniques « arduino » et tant d’autres, je sais que j’en ai encore beaucoup à apprendre en Fab Lab…

Compétences équipe Fab Lab

Gestionnaires de projets, animateurs de vie communautaire, techniciens de toutes technologies et programmeurs de tous langages sont des gens qui trouvent à exercer leur métier-passion en Fab Lab… Voici mon point de vue « fab manager » :

  • Gérer préventivement la santé et la sécurité : comme mentionné précédemment, la prévention en santé et sécurité est essentielle. Que ce soit à cause de simples coupures banales, de brûlures diverses ou voir de réactions allergiques aux produits que peuvent utiliser certaines machines, l’équipe d’un Fab Lab doit penser que la plupart des incidents peut et doit être évitée. Les équipement personnels de protection tel les lunettes, les gardes sur certaines machines, doivent être utilisés de façon appropriée; à chaque travail (habituellement), son bon outil… Telles réflexions doivent être à l’esprit et lorsque jugé important, ces mesures doivent être clairement explicitées sur les lieux de travail.
  • Organiser un système de maintenance préventive : qui dit machine, dit bris à l’usure! Quand on change l’huile de notre voiture, c’est en plein parce qu’on fait de la maintenance préventive : l’huile à changer coûte moins cher qu’un moteur neuf… En Fab Lab, le manuel d’instruction de préservation de l’équipement est en général moins clair. Que ce soit pour les équipement fabriqués soi-même ou pour les machines achetées, il est donc primordial de déterminer quelles sont les pièces les plus susceptibles de bris ou de panne si elles manquent d’entretien et de prévoir comment et à quel moment opérer ces entretiens. Parfois, des systèmes simples peuvent maximiser le temps d’opération des machines aussi. Par exemple, bien que très enrichissant pour moi d’apprendre à démonter et nettoyer une buse d’extrusion, comme la pièce se nettoie mieux par un bain d’acétone (de 24h) que par frottement (parce que pressé par le temps disponible) tel que je l’ai accompli la tâche, un moment périodique à l’agenda est à prévoir pour cette opération. Aussi, comme la buse est indispensable et relativement peu dispendieuse, une 2e buse, prête à l’utilisation, peut être très pratique pour effectuer un changement rapide lorsque nécessaire et permettre à la machine de produire plus de pièces pendant un moment critique, tel un cahier de commande chargé ou lors d’une exposition au public…
  • Documenter les expériences et les faits : ici j’utilise le blogue comme documentation de style expérientielle, toutefois, il sera important en Fab Lab de prendre des notes, cumuler des informations afin de démontrer ce qui s’y réalise. Nombre de fréquentations, matières utilisées et en quelle quantité, objets produits… Prendre des photos, vidéo et notes et les rendre accessibles facilitera la gestion, le financement des équipements (…) et pourra contribuer au développement des autres Fab Labs.

Et tout ça… En équipe!

Enfin, que ce soit en tant qu’utilisateur ou manager, tout le monde y gagnera à travailler en équipe. Étant donné l’esprit de partage qui habite le lieu, tous doivent comprendre leur rôle et celui des autres afin de contribuer au succès du projet. Les compétences énumérées ici ne sont bien sûr que quelques exemples de la collection de ressources qu’elles constituent, ainsi que du défi de mobilisation que le Fab Lab représente! L’esprit d’équipe et d’appartenance devra donc se manifester dans certaines formes de responsabilité, notamment à la sécurité et à l’usage optimal des ressources disponibles, afin de permettre à toutes les énergies créatives de bien s’amuser en Fab Lab pour longtemps!

Exposition d’objets de Fab Lab (Fab Lab Squared 2 de 3)

Quoi de mieux pour comprendre ce qui peut se faire dans un Fab Lab que des exemples d’objets fabriqués dans ce contexte? L’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI – Les Ateliers), une école parisienne de design qui existe depuis 30 ans et qui possède un atelier très bien équipé, s’est, depuis environ un an et demi, imaginé devenir un Fab Lab. Ainsi, en plongeant dans des réflexions autant sur les transformations pédagogiques que celles liées à la profession de designer entrainées par l’apparition des Fab Labs, l’école s’est mise en action et a présenté au grand public un ensemble de réalisations de ses étudiants appelés à produire en fonction du concept d’atelier ouvert.

Des objets simples et de la vie courante aux radios de nouvelle génération en passant par le haut parleur en papier mâché, les idées des étudiants ont été présentées au public sous la forme d’objets concrets et fonctionnels, accompagné d’un vidéo explicatif de la réflexion du desiner.En quelques exemples!

Fabrique | Hacktion

image : Fabrique-Hacktion

Il est intéressant de noter la diversité des projets! Par exemple, Fabrique | Hacktion (par Léa Bardin, Sylvain Chasseriaux et Raphaël Pluvinage) propose un ensemble d’objets visant à améliorer la qualité de vie des citoyens par la modification de l’espace urbain. On peut grâce à eux hacker l’espace urbain en ajoutant dans le métro un petit auto-collant (pouvant être produit en Fab Lab sur une découpe vinyle) qui pointe vers la sortie de métro la plus près d’un stationnement Vélib (le Bixi de Paris). L’idée est donc de donner aux gens la possibilité de choisir leur b-a à accomplir puis utiliser les plans et fichiers requis pour produire en Fab Lab ce qu’ils souhaitent pour transformer leur environnement.

FabLamp

image : Alexandre d’Orsetti

Dans un autre ordre d’idée, FabLamp, par Alexandre d’Orsetti, permet l’impression 3-d de pièces requises pour construire sa propre lampe à partir de composantes tubulaires de son choix (manche à balai ou autres…) Ces pièces à imprimer sont des connecteurs particuliers qui peuvent être réalisées sur une imprimante 3d et qui demanderaient un investissement très élevé pour être produite par moulage étant donné leur complexité. À noter : le projet propose même un simulateur de dimensions de la lampe, qui réagit aux dimensions des tubes sélectionnés.

Potentialité

Potentialité

Encore!!!… Le projet Potentialité (par Sybille Berger et Stéphanie Souan) est un enceinte audio fabriquée… en papier! Un petit contrôleur électronique Arduino (circuit imprimé) caché dans le cône de papier permet l’activation du haut-parleur. Le contrôle du son, pour sa part, s’effectue par un délicat toucher sur la surface (au palpé agréable) du dessus qui sont en fait des bandes de papier!

Ce n’est pas tout!

Ce ne sont donc ici que quelques objets qui ont été présentés par l’ENSCI – Les Ateliers lors de l’événement Futur en Seine, en parallèle à la démonstration vivante de Fab Lab Squared. Il est possible d’accéder à l’ensemble des projets ici.

Enfin, il est vraiment stimulant de constater l’investissement de l’ensemble d’un corps professoral dans la lancée des Fab Labs. Sans que l’accessibilité à l’équipement de production par le public ne rende désuet le rôle du designer industriel, celui-ci prend en déjà en considération la démocratisation des ateliers de production et espère sans doute à court terme pouvoir connaître la disponibilité de telle ou telle machine dans un Fab Lab près de chez lui… D’ailleurs, sera-t-il motivé à utiliser des plate-formes de financement collectif (crowfunding) afin de mettre sur pied ses projets de design libre?

Pour en connaître d’avantage, vous pouvez accéder au blog du projet à l’ENSCI ou à la présentation synthétique des projets sur le site de l’ENSCI.

Démo vivante d’un Fab Lab (Fab Lab Squared 1 de 3)

Du 18 au 26 juin dernier s’est déroulé à Paris l’activité Futur en Seine, une présentation au grand public des concepts qui pourraient transformer… le futur! De tous ces grand projets, un se démarquait par son accessibilité au public en tant qu’acteur : le projet Fab Lab Squared.

En exploration des initiatives liées aux Fab Labs en France pour 6 mois, je me suis fait un grand plaisir à participer activement à cet événement comme collaborateur Fab manager et utilisateur de l’espace d’apprentissage et réalisation. Je propose ici une série de 3 articles : ce premier décrit l’événement dans son ensemble, un second présente quelques objets coup-de-cœur qui y ont été exposés et un troisième traite du genre de compétences qui peuvent être développées et mobilisées dans l’utilisation et la gestion d’un Fab Lab.

Le prototype Fab Lab Squared en action


Fab Lab Squared par Futur_en_Seine

Association temporaire mise sur pied par la Fing, le projet Fab Lab Squared est une initiative conjointe de divers porteurs de la vision et de l’instigation d’atelier Fab Lab en territoire français. C’est dans le cadre de cette association que les acteurs de l’Hexagone avaient organisé le Bootcamp Nantes, une semaine collaborative de construction de machines destinées à tisser le réseau des porteurs de projets tout en produisant les machines qui seraient présentées au grand public lors de l’événement qui vous est présenté dans cet article.

Dans le cadre de cette activité, un Fab Lab temporaire a été mis sur pied à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris. Ce fût une excellente occasion de démontrer clairement, par l’exemple, au curieux ce que sont les Fab Labs. Un atelier-laboratoire bien vivant était donc présenté au public qui a pu l’utiliser lors d’une journée ouverte aux bricoleurs, et assister à différentes activités de formation ou de type conférence. De plus, le Fab Lab a été habité tout au long de la semaine par les 4 finalistes d’un concours de design, le (un)limited design contest, qui y ont réalisé un prototype de leur concept, grâce aux outils du Fab Lab.

En terme d’outils, en plus d’une imprimante RepRap (que j’ai eu le plaisir d’apprendre à opérer), une fraiseuse numérique, une découpeuse au laser ainsi qu’une découpeuse de vinyle étaient en en démonstration. Parmi celles-ci, une seule machine était de type commerciale, les autres ayant toutes été construite par des acteurs du projet.

Ce fut donc une semaine très remplie qui a proposé au public diverses façons d’en apprendre plus sur les Fab Labs : activités de formation à l’électronique, au hacking de jouets et au dessin numérique pour jeunes et moins jeunes, conférences et tables rondes de toutes sortes pour les acteurs du réseau élargi… Ce fût vraiment impressionnant d’ailleurs de voir à quel point la Cité des Sciences et de l’Industrie a été très investie à faire de la semaine un succès par son accueil et l’aide fournie, entre autres, par Fabrice et Patrick! Il est même prévu qu’un Fab Lab permanent y voit le jour…

Pour en savoir plus :

Articles complémentaires :

Liens externes :

 

BootCamp Nantes : activité collective de construction de machines libres

Fraiseuse numérique en devenir

À la fin du mois de mars et au début du mois d’avril 2011, les bidouilleux du réseau des Fab Labs français ont passé 10 jours ensemble dans une activité collective de construction de machine libres.  D’abord organisée dans le but de faciliter le développement des compétences à construire diverses machines (fraiseuse numérique, RepRap…), l’activité a en même temps été une occasion pour les acteurs du réseau en plein essor d’apprendre à se connaître en collaborant à la préparation d’un atelier qui sera présenté par Fab Lab Squared à l’événement Futur enSeine qui se déroulera du 17 au 26 juin prochain.

Arrivé depuis peu en France pour un séjour de quelques mois, je suis passé par Nantes tout juste après l’activité pour rencontrer à PiNG les hôtes de l’événement. Je vous partage quelques réflexions suite à ma visite, dans l’optique qu’on souhaite tenir un événement du genre cet automne :

  • L’événement en détails – organisation, organisateurs, déroulement, perspectives pour un événement au Québec, photos et tout et tout! : compte-rendu de ma visite (pdf);
  • Un événement d’une telle durée est une véritable occasion de développer des liens entre les participants. Travail en petites équipes, pauses-discussions collectives, repas partagés… Les gens connaissent maintenant des personnes dans diverses régions et seront ainsi en mesure de s’entraider lorsqu’il feront face à des difficultés dans le développement des équipements de leur atelier;
  • Pas seulement pour les patenteux : en même temps que certains s’efforçaient à construire des machines à partir de plans partagés par le web ou même en trafiquant une ancienne imprimante, d’autres travaillaient ensemble à développer du contenu vulgarisé destiné à faire connaître au public ce qui peut se passer en Fab Lab;
  • On veut un BootCamp au Québec! Cet automne (octobre-novembre), on pense organiser une activité similaire par chez nous. Participants organisateurs, animateurs et participants éventuels sont invités à nous faire part de leurs intentions : contactez-nous!

Retour sur l’événement Fab Labs au Québec du 30 mars 2011

Mercredi dernier, nous avons assisté au premier atelier sur les Fab Labs au Québec. Cet événement, organisé par Communautique et Procédurable qui souhaitent voir naître les premiers Fab Labs au Québec et de tisser un réseau d’initiatives porteuses, était varié et riche de discussions passionnantes et inspirantes. Nous nous sommes rencontrés à l’usine C, autour des tables pour créer des Fab Labs en mode “World Café”. Un animateur de Grisvert était là pour faciliter la participation et l’échange en utilisant un processus collaboratif pour débuter la rencontre en parole et en couleurs! Une quarantaine de personnes était présent. En plus, nous avons pu se connecter via le serveur du visio-conférence des Fab Labs avec des Fab Labs à travers le monde : Fab Labs en France, IAAC-Fab Lab de Barcelone et le MIT.

Au menu de l’avant-midi, nous avons eu le privilège d’écouter Jean-Michel Cornu, directeur scientifique de la FING et l’un des principaux artisans de l’évolution des Fab Labs et du mouvement “On se débrouille” (DIY) en France et dans la francophonie, présenté les expériences en cours de création en France et en Afrique ainsi que la plate-forme d’innovation et de partage ImaginationForPeople dédiée à l’imagination citoyenne. De plus, Il a annoncé un projet pour la création d’une plate-forme francophone, similaire à Thingiverse, pour partager des plans numériques, les modifier et les enrichir. Cette plate-forme ouvrira les horizons pour les novices en fabrication et en technologies car ils peuvent télécharger des plans sur Internet, les modifier facilement puis apporter leurs matériaux et aller les réaliser au Fab Lab seul ou avec les autres utilisateurs au sein de l’atelier ou bien à l’aide de ceux connectés en visio-conférence.

Selon Cornu, le passage du rêve à la réalité se fait en étapes et par l’implication concrète des communautés réelles et la coordination des efforts au local comme avec le MIT et le réseau mondial des Fab Labs (Fab Foundation, Fab Academy). Le démarrage d’un Fab Lab nécessite une volonté commune et la création de réseaux de biens communs. Il n’est pas nécessaire d’installer complètement les équipements du Fab Lab pour commencer à fabriquer! On peut démarrer un Fab Lab progressivement. La première étape sera de créer un site Web et de contacter le MIT pour s’affilier au réseau Fab Lab. La deuxième étape sera d’aménager un lieu avec une ou deux machines. l’étape finale sera d’avoir toutes les machines et une communauté impliquée avec un groupe de geek pour veiller collectivement au bon fonctionnement du Fab Lab et de devenir éligible à la Fab Academy.

Plusieurs questions ont été traitées. On se demandait sur le sens et l’utilité du Fab Lab, les populations visées, l’importance du lieu, son influence sur son entourage et son aspect citoyen . Ainsi, on ne parle plus de Fab Lab mais plutôt de Fab Lab dans un contexte pour un modèle de la société. Le volet économique a pris de la place! et on se questionnait sur la faisabilité économique, l’esprit du libre et la propriété intellectuelle, le rôle des Fab Labs dans l’émancipation des populations, le plan d’affaires à suivre et les équipements à installés, les coûts initiaux pour démarrer? les Fab Labs comme des ponts entre le pédagogique et le technologique, entre l’artistique et l’industriel, entre les loisirs et répondre aux besoins criants de la communauté où ils sont établis.

Une initiative d’un bootstrapping, une sorte de fabrique à Fab Labs, est lancé. Une plate-forme qui réunit l’expertise nécessaire pour créer un Fab Lab dans le contexte québécois et vient en aide à toute personne ou organisation désirant installé un Fab Lab.

Des liaisons entre les Fab Labs et le libre ont été soulignées, ainsi Robin Millette de Drupal [*] déclare que ] l’observatoire d’informatique libre québécois hébergera bientôt plus d’information sur les relations entre les Fab Labs et le libre.

Cette rencontre a suscité de la mobilisation et de l’engagement. On annonce même un BootCamp pour le démarrage des FabLabs au Québec l’automne prochain. Un Boot Camp est comme un camp d’entraînement. C’ est une période plus ou moins longue consistant à travailler sans interruption pour faire progresser un projet.

Jusqu’à août 2010, il n’y avait pas de Fab Lab francophone. Puis, Le ARTILECT Fab Lab de Toulouse fût installé. Depuis, il y a huits Fab Labs en démarrage en France, plus quelques uns en Afrique : au Sénégal, Mali, Togo, Burkina, Tunisie. Il semble que la course pour installer le premier Fab Lab en francophonie soit lancée, serions-nous à la hauteur pour relever ce défi et installer le premier Fab Lab hors l’hexagone?

Télécharger le rapport de la journée (pdf)